Elle est étrange Sophie Solo (Sophie Rusch à la Ville). D’une étrangeté entêtante, attachante, surprenante. Chanteuse et comédienne, comédienne et chanteuse tout à tour, elle s’empare des chansons de Gilles, Damia, Yvette Guilbert, Allain Leprest, Michèle Bernard, Véronique Pestel, Anne Sylvestre ou ses propres compositions et vous les rend simplement, comme vous aviez envie de les entendre, sans les surjouer ni les contrefaire. Elle le fait à sa manière, une manière d’être sur scène qui même dans une réécriture parodique d’Aznavour sait encore tremper son personnage de Goudou comme ils disent dans une drôlerie qui n’appauvrit rien. C’est saisissant comme cette grande jeune femme un peu gauche s’approprie la scène. Qu’elle chante ou qu’elle parle, la voilà qui s’étoffe et se démultiplie, voilà qu’elle vous envoûte mine de rien, avec sa manière joueuse et sensible à la fois, avec ses modelés rieurs et ses accents tremblés. Elle a osé Barbara et elle a bien fait. Parce qu’elle n’est pas une diva on aurait pu le lui déconseiller. C’eût été dommage, car elle a trouvé des inflexions d’une sincérité inattendue, d’une justesse saisissante. Elle a le talent des grands interprètes qui n’imitent rien mais qui restituent tout. Jamais ostentatoire, elle possède avec clarté cette présence qui fait aimer les théâtres où l’on joue comme les théâtres où l’on chante.                                                                                               Manon Pulver

Dessins Sophie Solo

Photo Alexis Renaud

Née à Genève en 1969, Sophie Solo est chanteuse et comédienne autodidacte. Elle commence à se produire dans les bistrots carougeois et genevois. Son répertoire à cette époque est celui des chanteuses réalistes. 

Pendant plus de dix ans, elle collabore avec Loulou au Cabaret d’Avant-Guerre né à la Cave 12 (Genève) et travaille au théâtre avec Omar Porras, Patrick Heller, Annik von Kaenel, Geneviève Guhl, Alain Perroux, Yves Pinguely, Gilles Laubert, Agnès Maritza-Boulmer, Christian Scheidt…

En 2011 elle est diplômée de l’Ecole de la Voix dirigée par Odile Wieder (www.lecoledelavoix.com) donne des cours de chant et de voix dans son atelier à Carouge, qu'elle intitule la confiance en voix.

 

En 2012 elle produit un premier spectacle musical avec sa compagnie InVerso : N’avoir que sa vérité autour des chansons de Barbara et Léo Ferré au Théâtre du Galpon (Genève). Puis Joli Foutoir par les Muskatnuss au Théâtre des Amis en 2015, un CD du spectacle sort en 2017.

 

Aujourd’hui, elle interprète des chansons d’auteurs et ses propres compositions avec sa guitare ou en duo avec Pascal Chenu dans le Deambulatör Orkestra ou Fred Jaupart, accordéoniste rencontré en 2013.

 

En juin 2017 apparaît sa première publication Pas de bouche, un carnet de textes, partitions et dessins, il contient un CD de sept titres composés de ses propres chansons.